Akira

Synopsis

2019. Dans un Néo-Tokyo ravagé par la Troisième Guerre mondiale, devenu théâtre d'affrontements entre clans, mafias et bandes de motards rivales, les pouvoirs publics luttent vainement contre le chaos, tout en développant d'un projet ultra-secret nommé "Akira"... Entièrement remastérisé sous la supervision de Katsuhiro Otomo lui-même, le long-métrage qui a marqué l'histoire du cinéma d'animation bénéficie désormais également d'une version flambant neuve, fidèle à l'histoire originale.


Tetsuo, un adolescent ayant vécu une enfance difficile, est la victime d'expériences visant à développer les capacités psychiques qui dorment en chacun de nous. Ainsi doté d'une puissance que lui meme ne peut imaginer, Tetsuo décide de partir en guerre contre le monde qui l'a opprimé. Dès lors, Il se retrouve au coeur d'une légende populaire qui annonce le retour prochain d'Akira, un enfant aux pouvoirs extra-ordinaires censé délivrer Tokyo du chaos...

Critique

Véritable chef-d’œuvre indétrônable pour certains, coquille vide incompréhensible pour d’autres, plus de vingt ans après sa sortie, Akira continue d’électriser les foules. Que l’on accroche ou non, que l’on jubile ou s’endorme devant l’écran, Katsuhiro Ôtomo a réussi à ne laisser personne indifférent.


Œuvre majeure de la fin des années 80, Akira propulse le spectateur dans un Tokyo apocalyptique dévasté et rongé par la haine et la violence. Un Mad Max japonais en somme. L’histoire nous fait suivre le quotidien d’un groupe d’adolescents motards passant le plus clair de son temps à boire, se droguer et chevaucher leur bécane pour avaler l’asphalte ou aller castagner la bande rivale. Ce quotidien se verra interrompu le jour où un membre du groupe, Tetsuo, devient un sujet de laboratoire visant à décupler les facultés psychiques de l’Homme. Il en reviendra changé à jamais. Si le scénario peut paraître un peu simpliste, il faut se resituer à l’époque où l’animé et surtout le manga dont il est issu a été érigé pour comprendre qu’Akira en a influencé plus d’un au fil des époques. 


 

Le Blog du Cinéma - 04/04/2012 

Révolutionnaire pour l’époque sur le plan technique, le film n’a pas pris la moindre ride. L’animation demeure toujours un sommet de fluidité et la mise en scène de Katsuhiro Otomo confine au génie. La première apparition d’Akira dans un grand halo blanc, l’horrible mutation de Tetsuo ou encore la destruction de Tokyo sur fond d’opéra: tout frôle la perfection graphique. Katsuhiro Otomo a réussi son insensé pari et s’est inscrit, en un film, comme un auteur définitivement prophétique.

 

Le Blog du Cinéma - 04/04/2012 

Newsletter

Recevez la programmation du cinéma chaque lundi ainsi que des informations sur nos événements.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Cinéma Le Vagabond

3 Bis Bd de la république

10200 Bar sur Aube

Tél : 03.25.27.99.30


A partir du 18/10

A partir du 25/10

Avant Première

Mardi 24 nov. à 20h45 en 3D