Que viva Eisenstein ! 

de Peter Greenaway

Synopsis

En 1931, fraîchement éconduit par Hollywood et sommé de rentrer en URSS, le cinéaste Sergueï Eisenstein se rend à Guanajuato, au Mexique, pour y tourner son nouveau film. Chaperonné par son guide, il se brûle au contact d'Éros et de Thanatos. Son génie créatif s'en trouve exacerbé et son intimité fortement troublée. Confronté aux désirs et aux peurs inhérents à l'amour, au sexe et à la mort, Eisenstein va vivre à Guanajuato dix jours passionnés qui vont contribuer à façonner le reste de sa carrière.

Critiques

"Que viva Eisenstein !" est un des plus beaux films jamais consacrés au cinéma.


Pascal Mérigeau - Le Nouvel Observateur

Après son départ d’URSS en 1928 et un long périple qui l’a mené de Paris à Hollywood, le génial cinéaste Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein (1898-1948) entame, en octobre 1931, un séjour de dix-huit mois à Guanajuato (Mexique), où il est venu – après bien des déconvenues hollywoodiennes – tourner un film, Que viva Mexico !, avec le soutien d’un couple de mécènes américains. Peter Greenaway, fasciné depuis toujours par le maitre russe, qu’il considère comme « le plus grand cinéaste que le monde ait jamais connu », s’est intéressé au tournage de ce film inachevé par Eisenstein ; en concluant que, dans l’œuvre du cinéaste russe, il y avait clairement un « avant » et un « après » Mexico. Que s’était-il donc passé pendant ces dix jours qui bouleversèrent en octobre 1931 la vie de Sergueï Eisenstein ? Dans son enquête, Greenaway s’est basé sur nombre de témoignages – et notamment sur les lettres adressées par Eisenstein à sa secrétaire-épouse-confidente, Pera Atasheva, dont celle-ci : « Au cours de ces dix derniers jours, j’ai été follement amoureux et j’ai obtenu tout ce que je désirais. Ceci aura probablement d’énormes répercussions psychologiques. » En revenant sur cet épisode clé, Peter Greenaway, qui au départ pensait réaliser un documentaire, s’est rendu compte qu’une fiction était finalement plus appropriée à son propos. 

Que viva Eisenstein ! nous lance d’emblée dans ce Mexique révolutionnaire (mais aussi lieu de débauche du Tout-Hollywood) et tout particulièrement à Guanajuato, en pleine effervescence fin octobre 1931 pour sa célébration et son carnaval funeste du « Jour des morts ». Eisenstein se délecte de cette atmosphère à la fois paradisiaque et morbide, loin de l’emprise terrifiante de la Russie stalinienne et de l’hypocrisie hollywoodienne. Les producteurs du film lui ont réservé une superbe suite dans un hôtel de luxe et mis à sa disposition un sémillant guide mexicain, Palomino Cañedo. Ce professeur en histoire comparée des religions séduit immédiatement le cinéaste bolchevique par sa culture, sa beauté et ses diverses et chaleureuses attentions. Le beau latino-américain initie ainsi le maitre aux délices des siestes voluptueuses, le réconcilie avec son physique de « clown » et lui fait connaitre des plaisirs qu’Eisenstein semble s’être longtemps interdit. Et cela nous vaut, au cœur du film, une époustouflante scène de dévirginisation de Sergueï par Palomino, qui se conclut par un drapeau soviétique planté triomphalement par le beau Mexicain dans le postérieur majestueux du maître…

Cette parenthèse enchantée ne devait durer que trop peu de temps – les producteurs ayant mis un terme aux frasques et autres dépenses somptuaires d’un Eisenstein qui jouait volontiers les stars fantasques et capricieuses. Joseph Staline, pas vraiment « gay friendly », avait-il eu par ailleurs vent des agissements pas très marxistes de celui qu’il considérait jusque-là comme le cinéaste officiel de la propagande soviétique ? Sans doute, car l’homosexualité (latente ?) du cinéaste bolchévique semblait être déjà un secret de polichinelle… Toujours est-il qu’Eisenstein fut obligé de revenir illico en URSS. Mais les œuvres qui allaient suivre (Alexandre Nevski, Ivan le Terrible), centrées sur des individus, furent bien différentes de celles de la première époque (La Grève, Le Cuirassé Potemkine, Octobre), où Eisenstein filmait surtout des idées et des groupes. Au Mexique, il s’est incontestablement investi émotionnellement et a délaissé une certaine maitrise glaciale. C’est ce que Greenaway nous donne à voir dans Que Viva Eisenstein ! 

Il est par ailleurs manifeste que Peter Greenaway, dans son hommage à Eisenstein le visionnaire, n’a pas souhaité traiter de la naissance d’un film (on y parle très peu de cinéma !), mais bien de l’épanouissement sexuel du cinéaste. Le réalisateur britannique retrouve ainsi avec Que Viva Eisenstein ! les deux principales sources d’inspiration de ses précédentes œuvres : la mort et le sexe. Cinéaste esthète, Greenaway célèbre également le génial Soviétique en faisant preuve comme lui d’une passion folle pour l’image et le montage. Son inventivité en matière visuelle est ici extraordinaire : magnifiques travellings latéraux, amples mouvements tournoyants de la caméra, gros plans saisissants, incrustations d’images d’archives d’Eisenstein et de ses films, split screen (écran divisé), utilisation du numérique au service notamment d’un montage rapide… On retrouve aussi, dans ces décors flamboyants et baroques, une très forte théâtralité. Le cinéaste britannique a de fait choisi pour tenir les rôles principaux deux acteurs venus du théâtre : Elmer Bäck, acteur finlandais à la puissante stature, qui avec son visage poupon et une coiffure hirsute donne une dimension grandiose à Sergueï Eisenstein, et Luis Alberti, acteur mexicain tout aussi impressionnant dans le rôle de Palomino Cañedo. Sans oublier la large place laissée à la musique de Sergueï Prokoviev, collaborateur d’Eisenstein pour Alexandre Nevski et Ivan le Terrible. 

Cette audace, cette démesure, cette folie dont fait preuve Peter Greenaway dans Que Viva Eisenstein ! en font une œuvre profondément humaine, émouvante et… superbe ! 


Jean-Claude Arrougé - avoir-alire.com - 24/06/2015

http://www.avoir-alire.com/que-viva-eisenstein-la-critique-du-film


Que Viva Eisenstein est résolument l’oeuvre d’un  Greenaway au sommet de son art, à l’érudition plus joueuse que jamais. Pour rendre hommage à celui qu’il qualifie de « plus grand cinéaste de tous les temps », l’auteur de Meurtre dans un jardin anglais a choisi, sans paradoxe, le ton de l’impertinence et de l’humour endiablé le plus haut en couleurs qui soit, puisque l’action se passe ici au Mexique, où le grand Sergueï Eisenstein est allé, au terme d’une tournée américaine (de 1929 à 1931) qui lui a aussi permis de rencontrer les plus grandes figures hollywoodiennes et littéraires du moment, pour réaliser un film qui n’a jamais vu le jour. L’expérience semble avoir marqué une étape décisive dans sa carrière, qui s’est ensuite interrompue jusqu’à Alexandre Nevski. Le résultat de la rêverie de Greenaway sur l’aventure mexicaine du célèbre cinéaste soviétique est un vrai bonheur, un récit délectable, exaltant de culot, qu’on goûte tout du long avec un sourire jusqu’aux oreilles et où l’on retrouve, dans leur plus belle expression, toutes les sympathiques marottes du metteur en scène gallois : son goût des collages, listes et herbiers menteurs, ses multiples références littéraires, picturales, musicales et cinématographiques, son attention à l’architecture, sa prédilection pour les thèmes de l’eros et du thanatos (et donc pour la représentation du corps humain dans sa physicalité la plus crue) et son don fabuleux pour rendre significatives les juxtapositions les plus grotesques (comme celle qu’il fait dans le titre anglais du film, Eisenstein in Guanajuato, un titre plus-greenawesque-tu-meurs qu’il a choisi justement pour son imprononçabilité).

C’est en fanfare, sous le fouet des accords binaires du « Montaigus et Capulets » de Prokofiev, qu’on arrive dans ce pays au catholicisme romain « customisé » qu’est le Mexique, avec ses cimetières aux couleurs vives, ses squelettes de carnaval aux bouches rondes comme de drôles de poupées gonflables, et son amérindien couvert de plumes qui sonne les matines. Eisenstein (dont le Finlandais Elmer Bäck, avec sa lippe gourmande et sa chevelure de savant fou, livre une interprétation génialissime) est accueilli à Guanajuato avec tous les honneurs, dont celui d’avoir à ses côtés Palomino Cañedo (incarné avec la même générosité que son comparse par le Mexicain Luis Alberti), un camarade et guide autochtone tout à fait séduisant dans son élégant costume d’époque, et réceptif à l’excentricité de l’artiste russe. Ce dernier, déjà volubile et surexcité à l’arrivée (le fait que son esprit « turbine » toujours étant régulièrement souligné par des plans circulaires rapides à en avoir le tournis et des séances de « name-dropping » pendant lesquelles il cite tous les grands noms auxquels il a pu serrer la main au cours de son périple, de James Joyce à Dos Passos en passant par Cocteau, Gertrude Stein et Flaherty), bien qu’il se méfie des mouches qui lui suivent partout comme des espions soviétiques, est aux anges quand il découvre le plaisir de la douche. C’est qu’en URSS, il y a mille manières de faire sa toilette, quitte à faire fondre un peu de neige dans un baquet, mais rien d’aussi plaisant que cette trombe d’eau chaude sur son corps dénudé, explique-t-il a son membre flacide, qu’on voit là pour la première fois en très gros plan.

En effet, à partir de ce moment, le monstre sacré du cinéma va vivre principalement cul nu et passer beaucoup de temps dans l’opulence de sa vaste chambre, avec Palomino. C’est que Greenaway a décidé d’imaginer le dépucelage tardif d’Eisenstein – car il faut savoir que si ce dernier avait déjà fait, à l’âge de trente ans, La Grève, Le Cuirassé Potemkine et Octobre : dix jours qui ébranlèrent le monde, il n’avait lui-même pas encore mis en branle cet aspect de sa vie physique. Qu’à cela ne tienne, se dit son beau compagnon mexicain en subtilisant discrètement une bouteille d’huile d’olive extra-vierge comme d’autres se procureraient une plaquette de beurre : il va donc offrir au monumental artiste soviétique son premier tango à Guanajuato. La scène de vigoureuse sodomie qui suit, placée pile au milieu du film et introduite par l’image du liquide doré (à coup sûr de la première pression à froid) coulant le long de l’échine velue de Sergueï vers des moiteurs inexplorées, nous est montrée du début à la fin, tandis que Palomino raisonne sur l’ancien et le nouveau monde sans cesser de d’honorer de ses coups de boutoir le séant du maestro communiste. Cette initiation, qui ouvre tout un monde de perspectives au monumental cinéaste (dont la nouvelle agilité donne lieu à de formidables plans filmés par dessous les pavés transparents qui constituent le sol de son décadent nid d’amour), lui ferme certainement les yeux sur ses obligations vis-à-vis des producteurs de son film, mais il est vrai que son révolutionnaire pays interdit ce genre d’audacieuses secousses.

Greenaway, lui, n’en manque pas, d’audace. Il n’hésite décidément pas à ébranler totems et tabous, et c’est pour cela qu’Eisenstein in Guanajuato est jouissif, en plus d’être une oeuvre d’une enivrante virtuosité, car il n’est pas donné à tout le monde d’arriver à rendre un véritable hommage à une idole aussi hiératique tout en le représentant le vît à l’air, dans une chemise de pyjama de satin jaune vif. En effet, dans toute sa multicolore irrévérence, malgré elle, par elle, le film déborde d’admiration et de respect pour Eisenstein et pour le cinéma, et le brio de cette pirouette anti-hagiographique est le grand génie de ce film, et celui du cinéma qui rend tout cela possible. Greenaway a beau dire que le cinéma est mort, ou qu’il n’est pas ce qu’il doit être ou pourrait être enfin (cf. notre interview vidéo), de son film transpire la liesse parfaite du cinéaste exultant qui inscrit son geste cinématographique dans l’Histoire du Septième Art tout en transgressant où du moins en repoussant de nouvelles limites. Ici, on ne retrouve pas l’angoisse ontologique de l’artiste et la cruauté du manque de sens qui hante la plupart de ses films. Greenaway continue de déplacer la bordure de l’image, ajoutant même un film dans son film et puis un autre film encore, le sien, en train de survenir devant nous, mais de ce remous constant du cadre ne se dégage pas l’atmosphère nauséeuse ou putride, ou à tout le moins inquiétante, qui se déplace dans l’ensemble de sa filmographie. La joie de Que Viva Eisenstein n’est mitigée par rien, et c’est ce qui la rend, dans un sens, militante, comme si Greenaway voulait dire, à la manière de Wilde, « le cinéma est trop important pour être pris au sérieux ».

Si ses brillantes cabrioles (qui appellent à grands cris la verbalisation et la théorie, bien que Greenaway répudie régulièrement « le texte ») semblent tout à fait libérées de tout fond d’angoisse, c’est aussi, peut-être, parce que le metteur en scène a trouvé avec l’abandon de la pellicule, un nouveau moyen de faire plus que jamais des images, sans ce lest. Ici, il exploite au maximum la plasticité de l’image numérique, passant du noir et blanc à la couleur ou à l’image colorisée, divisant l’écran, évoluant comme une toupie, étirant les travellings. Il fait un travail d’architecte diabolique soutenu par un montage extravagant et précis, indiscipliné et symétrique. Et dans la jubilation du maestro britannique à user à l’extrême des possibilités que le numérique lui offre, on lit malgré ses dénégations l’optimisme pour l’avenir d’un des plus grands amoureux du cinéma qui existent aujourd’hui, parce que le passé du cinéma lui a offert des héros.


Bénédicte Prot - Culturopoing.com - 08/07/2015

http://www.culturopoing.com/cinema/sorties-salles-cinema/peter-greenaway-que-viva-eisenstein/20150708

Entretien avec le réalisateur

Peter Greenaway : « Mon film est symétrique comme un club sandwich américain ; on peut voir les différentes couches et en plein milieu, il y a un drapeau rouge fiché dans l’anus d’un héros »


Peter Greenaway a plus d’un tour dans son sac. Il nous a accordé un entretien à l’occasion de la sortie de Que viva Eisenstein !. Toujours imperturbable, avec son sourire en coin, avec un franc-parler qui continue de nous étonner, il évoque à la fois son amour du cinéma –  sa mort et son avenir – , le sexe, l’Art, et encore et surtout … le sexe.


Ça fuse, c’est drôle, c’est érudit. Et chacun de ses mots de nous donner envie de replonger dans son œuvre.

Une critique/analyse/présentation ...

Newsletter

Recevez la programmation du cinéma chaque lundi ainsi que des informations sur nos événements.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Cinéma Le Vagabond

3 Bis Bd de la république

10200 Bar sur Aube

Tél : 03.25.27.99.30


A partir du 18/10

A partir du 25/10

Avant Première

Mardi 24 nov. à 20h45 en 3D