Les fleurs bleues

de Andrzej Wajda

Synopsis

Dans la Pologne d’après-guerre, le célèbre peintre Wladyslaw Strzeminski, figure majeure de l’avant-garde, enseigne à l’École Nationale des Beaux Arts de Lodz. Il est considéré par ses étudiants comme le grand maître de la peinture moderne mais les autorités communistes ne partagent pas cet avis.

Dossier de presse

DP_LESFLEURSBLEUES.pdf
Document Adobe Acrobat 103.2 KB

Critiques

Pour son dernier film, LES FLEURS BLEUES, Andrzej Wajda raconte au travers du peintre Władysław Strzemiński comme l’art peut-être outil de résistance et de libération face au joug communiste.

 

LES FLEURS BLEUES (titre original Powidoki, un temps nommé Afterimage), dernier film du cinéaste polonais Andrzej Wajda, décédé le 9 octobre 2016, suit les dernières années de la vie du célèbre peintre avant-gardiste Władysław Strzemiński, dans la Pologne d’après-guerre. Un contemporain de Chagall, Kandinsky ou Malevitch qui était considéré par ses étudiants à l’École Nationale des Beaux Arts de Łódź comme le grand maître de la peinture moderne. On connait l’attachement du réalisateur pour son pays, la mise en perspective de ses personnalités (L’homme de marbre) ou les révélations quant aux événements controversés (Katyn). LES FLEURS BLEUES ne déroge pas à cette règle de vie cinématographique. Son propos étant de saisir toutes les réactions déclenchées par le refus absolu du peintre de se conformer aux exigences esthétiques du Parti Communiste.

 

LES FLEURS BLEUES plonge le spectateur dans la triste vie quotidienne derrière le Rideau de Fer et montre précisément la façon dont les acteurs d’une dictature agissent, y compris pour faire plier les artistes. On les voit clouer au pilori le peintre contestataire, et le fait qu’il soit estropié depuis la Première Guerre mondiale ne le sauve nullement. Il est harcelé, mis au ban de la société. Non seulement il est empêché de créer, mais le Ministre de la Culture et la police le privent de travail, donc de bons de rationnement et de nourriture. Les scènes de destruction de ses œuvres présentées dans le musée sont symboliquement fortes et d’une extrême violence. Andrzej Wajda donne à voir de façon réaliste le parcours jusqu’à la déchéance et la mort de l’artiste. Il dépeint une ambiance, une tension et une brutalité verbale et physique terrifiantes. Il rappelle ainsi au spectateur le résultat de l’aliénation des hommes face à un pouvoir politique tout puissant devenu omniscient. Et pourtant, bien qu’on suppose que c’était le but du réalisateur, Władysław Strzemiński (interprété avec justesse par Bogusław Linda) ne suscite pas vraiment l’empathie du spectateur. Car si l’artiste charismatique est encensé et reconnu, l’homme est présenté sans nuance, comme une grande gueule égoïste, bornée, orgueilleuse, obsédée par un art au dessus de tout, en dépit de tous.

 

LES FLEURS BLEUES interroge de façon complexe sur l’art comme outil de résistance CLICK TO TWEET

Ses amis, ses étudiants plaident sa cause et se mouillent pour lui, sans qu’ils en soient véritablement remerciés. Mi-homme, souffrance ambulante, il ne parvient à transmettre ses émotions qu’au travers de son art. Le réalisateur ne juge pas utile non plus d’évoquer les raisons de sa séparation avec son épouse mourante, la sculptrice Katarzyna Kobro, que l’on ne voit jamais. Quant au rapport plus que distant que le peintre entretient avec sa jeune fille Nika, il fait froid dans le dos et renforce l’idée désagréable qu’un artiste peut être un créateur extraordinaire mais aussi le dernier des sales types.

 

LES FLEURS BLEUES interroge donc sur l’art comme outil de résistance et de libération face au joug communiste. La réponse apportée par le peintre quant au prix à payer, est définitive. On n’avait jamais entendu parler de Władysław Strzemiński et on sait gré au réalisateur d’avoir réalisé un film aussi didactique. Le côté un peu abscons, voire trop “intello” du film, risque d’en rebuter certains. Les débats liés à l’idéologie artistique dans le cadre du Parti Communiste ou celles portant sur son livre La théorie de la vision peuvent en effet se révéler assez peu accessibles à un public non initié en la double matière artistique et politique. On aurait d’ailleurs apprécié à la fin du film un rappel sur les œuvres de l’artiste, dont on sait que certaines ont pu être sauvées.

 

le blogducinema.com par Sylvie-Noëlle

Andrzej Wajda, décédé en octobre 2016, livre avec "Les Fleurs bleues" un film testament, sur le peintre avant-gardiste polonais Władysław Strzemiński (1893-1952). A l’image de ses nombreux longs métrages dont "L’Homme de marbre" (1977) ou "Danton" (1982), l’art et la politique se rencontrent, voire s'affrontent, dans ce bel hommage au destin tragique du plus grand peintre polonais du XXe siècle.

 

Martyr

Le répit aura été de courte durée. Après avoir subi le joug nazi, la Pologne devait vivre sous celui du stalinisme à partir de 1946 durant des décennies. Comme sous tout régime dictatorial, la culture est la tête à abattre, sous toutes ses formes, littéraires, musicales, scéniques, plastiques…  Władysław Strzemiński, peintre, artisan du constructivisme aux côtés du Russe Casimir Malevitch, du néoplasticisme néerlandais de Piet Mondrian, et du Bauhaus allemand de Walter Gropius, en fut une des victimes emblématiques au début de la Guerre froide.

 

Peintre, théoricien, historien d’Art, cofondateur de l’école de Lodz - une des plus prestigieuses d’Europe -, adulé de ses étudiants, vétéran, grièvement blessé de la seconde guerre mondiale, amputé de deux membres, Władysław Strzemiński n’a jamais courbé l’échine devant l’oppresseur politique, tout en exerçant son art. Ne reniant jamais ses convictions, sa foi en l’Art dans lequel s’incarne de tout temps l’avenir de l’humanité, l’artiste le payât de sa vie, privé de travail, de logement, de nourriture, jusqu’à sa mort prématurée à 59 ans, de privation. Un martyr.

 

Persistance rétinienne

Evidemment, le sujet ne prête pas à rire ; Wajda n’a jamais (?) couru la comédie. S’agissant d’art, le régime stalinien, comme toute dictature, est identifié aux couleurs brunes. Ce sont elles qui dominent la gamme colorée des "Fleurs Bleues" (un bien mauvais titre, l’original étant "Powidoki" que l’on pourrait traduire par persistance rétinienne). L’Art moderne des Avant-gardes privilégie, lui, les couleurs pures (bleu, jaune et rouge). Il faudra attendre le magnifique générique de fin du film pour les voir éclater à l’écran. Il en sera de même dans l’Histoire, puisque le "réalisme socialiste" imposé par Staline comme la seule forme d’art viable, est passé aux oubliettes de l’obsolescence et que les Avant-gardes se sont imposées dans l’esthétique d’après-guerre.

 

Andrzej Wajda signe avec son film ultime un hymne à la jeunesse. Elle est Identifiée aux étudiants de Władysław Strzemiński qui le défendront jusqu’à leurs possibilités dernières, face à un pouvoir qui les menace de leur vie pour seulement défendre une conception plastique. Seulement ? Elle est loin d’être innocente et limitative, car subversive, synonyme de liberté. Malevitch, Mondrian et Gropius, derrière lesquels se rangeait Strzemiński, n’étaient pourtant pas des "anarchistes" libertaires. Mais leur art, comme tout ce qui est moderne, était en avance sur leur temps, et le demeure dans le nôtre. Il reste révolutionnaire, donc politique. Une équation qui ne cessa de tarauder Wajda, celle de l’Art et de la politique, encore et toujours au cœur de son dernier film.

 

Par Jacky Bornet

Newsletter

Recevez la programmation du cinéma chaque lundi ainsi que des informations sur nos événements.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

Cinéma Le Vagabond

3 Bis Bd de la république

10200 Bar sur Aube

Tél : 03.25.27.99.30


A partir du 18/10

A partir du 25/10

Avant Première

Mardi 24 nov. à 20h45 en 3D